Olivier Lebleu– Runnin’City – « Parcours touristiques à travers 200 villes dans le monde pour les coureurs et marcheurs »

 Runnin’City est une application pour smartphone qui permet de découvrir plus de 200 villes dans le monde en courant (ou marchant). Cette solution dirige vocalement les utilisateurs par GPS au travers du patrimoine naturel et/ou urbain. Un audio guide multi-langues (5 langues : français, anglais, espagnol, italien, allemand) intégré commente tous les points d’intérêt par lesquels les utilisateurs passent.  Privilégier l’expérience à la performance. Gratuite pour ses utilisateurs, les fondateurs de l’application se rémunèrent en créant des parcours pour différents types de clients : villes, métropoles, régions, offices du Tourisme (valorisation du patrimoine culturel), hôtellerie (expériences de running au départ d’hôtels pour présenter le quartier où la ville), évènements (networking…), organisateurs de courses (digitalisation des courses de running telles que les semi-marathons et les marathons). Sur l’année 2019, 25% des ventes ont déjà été réalisées hors de la France. D’ici 3 ans, Runnin’City prévoit que 90% de son activité se fera à l’étranger.

Le magazine “Challenges” considère Runnin’City comme une des 30 applications indispensables à avoir sur son smartphone” et les Nations Unies, par le biais de la World Tourism Organisation, considère Runnin’City comme “Une des 20 startups mondiales les plus disruptives et qui peuvent changer la façon dont les gens voyagent”. L’entreprise a doublé son CA en 2019 et a gagné plus de 80 nouveaux clients. Elle vient même de réaliser sa première acquisition avec le rachat de la société Movemevisit, un de ses principaux concurrents en Europe et dispose donc d’un Très Fort potentiel de croissance en France et à l’international.

 

Fabrice Vernay- Cyclo Power Factory – “Une expérience fitness à vocation sociale et environnementale ”

Cyclo Power Factory est une start-up du sport à impact social & environnemental qui développe un concept original utilisant le sport comme solution pour adresser des enjeux clés de nos sociétés modernes : Santé, Transition énergétique, et RSE. L’entreprise propose pour les salles de sport d’entreprises des équipements fitness (vélos stationnaires) éco-conçus, connectés et producteurs d’électricité. Elle développe également une application mobile permettant aux utilisateurs de vivre une expérience sportive ludique, gamifiée et collective : suivre ses performances sportives et énergétiques, challenger ses amis dans des courses collectives, ou participer à des défis énergétiques.

Le sport est utilisé comme vecteur de sensibilisation aux éco-gestes et à la sobriété énergétique, grâce à des équivalences entre l’impact d’actions du quotidien (manger un steak, prendre la voiture, laisser la télé en veille…) et l’effort nécessaire pour compenser énergétiquement cette action. Enfin, les gains générés sur la facture d’électricité grâce aux économies sur l’énergie produite sont reversés à des associations luttant contre la précarité énergétique. Elle décline aussi une offre conteneur pour les événements d’entreprises : une mini salle de sport facilement modulable et déplaçable pour permettre aux participants de tester les équipements en s’affrontant sur des courses et défis énergétiques suivis sur grand écran. L’entreprise est actuellement en phase d’industrialisation d’une pré série d’une dizaine d’équipements afin de les tester en situation, ainsi que son premier conteneur. Elle lancera ensuite une première industrialisation à plus large échelle, commercialisation prévue pour début 2021. Positionnée sur un marché du fitness à très gros potentiel, porteuse de valeurs environnementales et responsables, l’entreprise conjugue économie sociale et solidaire, potentiel économique, et quête de sens.

En France, l’entreprise estime à 400/500 le nombre de salles de sport en entreprise, avec une croissance de + 10% / an).  Au-delà du CA déjà généré par son « offre événementielle », la start-up a déjà reçu des lettres d’intention venant de sociétés comme ENGIE (aujourd’hui client effectif), Gecina, Tuco Energie, Formula-E, Nexity, Stab Vélodrome, et est en cours de discussion avec d’autres acteurs, notamment avec Paris 2024, et un développement à l’international est envisagé.

 

 

 

Mickael Bardes – La Centrale du Sport/Grinta – « 1er comparateur d’offres en ligne    d’équipements sportifs et de vêtements personnalisés »

Face à un marché peu structuré, peu numérisé et en manque d’outils, la Centrale du Sport répond, avec sa marketplace BtoB, par une innovation technique & digitale, proposant aux vendeurs un outil intelligent qui répond sans nécessiter leur intervention et aux acheteurs une plateforme dédiée à la gestion/pilotage des équipements sportifs & textiles personnalisés pour leurs associations.

Au cœur d’un sujet de société majeur La Centrale du Sport bouscule aujourd’hui le milieu du sponsoring sportif en mettant sa marketplace au service d’annonceurs, d’entreprises souhaitant écrire une histoire avec le sport amateur, avec l’objectif d’équiper plus de 200 000 sportifs avec un pack maillot/short/chaussettes à 1€. En rendant cette tenue accessible financièrement au plus grand nombre, elle peut ainsi favoriser l’expérience, l’accès plus large et la qualité de la pratique aux sportifs amateurs. Un club de 300 licenciés ne dépense donc plus 3 000€ pour ces tenues mais seulement 300€, lui permettant alors de réorienter ses investissements vers d’autres projets de développement (notamment éducatifs) ou vers l’acquisition de nouveau matériel d’entrainement.

La start-up encourage ainsi la pratique du sport au service d’une bonne santé, aussi bien physique que mentale, pour le plus grand nombre, en servant un enjeu sociétal majeur et d’actualité. Elle participe également à la remise à plat du modèle de financement du sport amateur.

Avec 65 000 annonceurs en France et plus de 700 000 associations sportives cibles (avec 90 millions de licenciés), la Centrale du sport challenge toute la chaîne de valeur de la distribution d’articles de sport en leur permettant de sponsoriser des clubs amateurs. Le modèle a déjà séduit plusieurs entreprises (programmes d’activation associés), annonceurs, médias, et annonce en ce moment des opérations dans de nombreuses disciplines dans le prolongement des grands événements à venir, et un programme de développement à l’international.

Véritable solution disruptive pour les clubs en pleine croissance, depuis le début 2020, plus de 25 000 sportifs ont été équipés grâce aux premières opérations signées et/ou reconduites dans plus de 610 clubs amateurs, ce qui représente déjà un CA réalisé de 1.2M€ pour la Centrale du Sport aujourd’hui rebaptisée Grinta.

 

Carla-Sophie Sarantellis – TRIPBIKE – « Vélos électriques HYBOO “verts” dans leur construction et leur utilisation »

Tripbike est un projet de création de vélos design, high-tech, écologique, éthique et solidaire. Carla Sarantellis est la fondatrice de Tripbike et la designer des vélos Hyboo, produits innovants construits avec des matériaux bio-sourcés, et comportant une assistance électrique débrayable.

Ce vélo reste un vélo léger malgré son assistance électrique performante et design. Hyboo est un vélo qui se différencie des 3 millions de vélos vendus chaque année en France parce qu’il est à la fois « vert » dans son utilisation et « vert » dans sa fabrication. Son poids de 15 kg en fait un des vélos avec assistance électrique le plus léger et le plus design de sa génération.

Il accompagne et anticipe l’essor des nouvelles formes de mobilité en ville, moins polluante et plus pratique. Inscrit dans une logique d’économie circulaire, le projet est également créateur d’emplois dans sa région des Hauts de France, les vélos étant fabriqués et assemblés par des personnes en réinsertion professionnelle et par des travailleurs handicapés de niveau 1.

Hyboo se distingue de ses concurrents par l’innovation que représente sa batterie électrique de la taille d’une gourde que l’utilisateur peut facilement retirer et emporter avec lui.

Le marché potentiel apparaît porteur et la start-up est à la recherche d’un partenaire industriel régional pour trouver un financement de 500 000 euros pour développer toute la partie homologation, marketing et lancer les préséries pour la commercialisation (le prix de vente du vélo est annoncé à 1800 €.

Sofiane Laurent- GOMYPARTNER – « Financer son activité sportive grâce à ses achats dans des enseignes partenaires »

 La start-up GoMyPartner a développé une innovation d’usage ayant pour but de financer l’activité sportive de tous les pratiquants. Grâce aux achats du quotidien et aux accords négociés avec les commerçants partenaires (Hyper marché, commerçants de proximité…), chacun dispose en effet d’un pourcentage de remboursement (cashback) à destination de sa pratique sportive. Lorsqu’un sportif se rend donc chez un de ces commerçants partenaires, et en s’identifiant en caisse, cela lui ouvre le droit de récupérer son ticket et de l’envoyer sur la plateforme GoMyPartner. Le pourcentage récupéré, variable selon les commerces, lui permettra de financer sa cagnotte globale GoMyPartner.

L’utilisateur sportif gagne de l’argent en effet sur deux cagnottes distinctes, l’une sportive, l’autre en euros. La cagnotte sportive lui permet de financer sa licence sportive (association/salle de sport), d’acheter des équipements, voire de financer ses projets sportifs pour son association sportive. La cagnotte en euros peut être alimentée et récupérée à partir de 20€ collectés, et reverser éventuellement sur son compte bancaire. Chaque euro « cagnotté » est réparti à 50/50 entre les 2 cagnottes.

La force de la startup repose sur sa force de vente et la qualité des partenariats établis qui ont permis de convertir de grandes enseignes comme de nombreuses enseignes de proximité à se lancer dans le créneau du financement du sport amateur (Cora, Flunch, l’Oréal, Promo vacances, Bonobo, Courir, Hotels.com, Yves Rocher, Castorama et bien d’autres).

Depuis sa création en septembre 2018, GoMyPartner, qui rassemble aujourd’hui 6 salariés, a récolté 50K€ pour la pratique sportive, grâce à plus d’1M€ d’achats solidaires dans les commerces partenaires. La start-up a même présenté une croissance à trois chiffres sur le dernier trimestre 2019, s’appuyant notamment sur l’impact sociétal de sa démarche.

 

Share This