“En première ligne !”

 

Mobilisés face à la crise du Covid-19.

« La clé, éclairée aujourd’hui par cette crise, est d’affirmer la souveraineté digitale accordée à nos entreprises et de dépasser la perfusion nécessaire des multiples aides accordées en pérennisant les modèles économiques des start-ups »   

  Cédric Messina

My Coach

Beaucoup de lauréats et de partenaires des Trophées Sport & Management se sont engagés de façon remarquable pendant la crise du Covid-19 ! Chacun dans leur domaine.

Souvent discrets, nous avons souhaité les mettre en avant et cette rubrique leur est dédiée. Ils symbolisent l’implication réelle et souvent peu visible, au plus près du terrain et des difficultés, de nombreux bénévoles, sportifs, élus et autres responsables que nous souhaitons saluer et remercier à travers eux.

Leur exemplarité donne encore plus de sens au travail que nous avons engagé depuis 2013 pour valoriser l’innovation sociale, les acteurs de terrain et nous inspirer pour demain.

 

Elle préfigure enfin le coup de projecteur que le jury donnera au sujet lors de la 7ème Cérémonie des Trophées Sport & Management prévue le 7 ou le 14 octobre prochain. 

 

Cédric Messina est le lauréat du Trophée Start-up 2018 avec My Coach remis à l’Assemblée nationale. Editrice de solutions en ligne via sa plateforme multiservices, l’entreprise s’adresse, aussi bien aux clubs professionnels pour faciliter leur gestion, qu’aux fédérations sportives pour accompagner la digitalisation de leurs pratiques.

Très engagé pour affirmer la reconnaissance de la sportech française sur la scène mondiale, C’est un chef d’entreprise très concerné par la situation sanitaire actuelle et ses conséquences économiques, lucide et déterminé quant aux enjeux à relever post Covid-19. Il nous invite clairement à nous réveiller pour soutenir un secteur qui peine encore à être reconnu à sa juste valeur !

 

Résolument positif le dirigeant niçois reconnaît que cette crise a eu plusieurs effets bénéfiques pour sa start-up. Le ralentissement induit a facilité le renforcement de l’entreprise en facilitant le rattrapage de certains retards de livraison, en opérant certaines réorientations stratégiques ou encore en affirmant la dynamique managériale avec les équipes. Elle a permis également l’élargissement et le développement d’une nouvelle offre grand public, labellisée par le ministère des sports, Activiti, pour accompagner chacun gratuitement dans sa pratique sportive pendant le confinement. L’émergence de cette solution s’est imposée naturellement et immédiatement au sein de son équipe dans une logique solidaire, pour répondre ainsi à l’enjeu de santé publique associée à la pratique sportive.  

Elle a rencontré un vaste public générant plus d’un million de vues tout en affirmant l’engagement sociétal de l’entreprise, et en éclairant même de nouveaux leviers de croissance.

 

Cette crise a eu un autre effet indirect pour le dirigeant de la start-up. Elle a permis en effet de mettre en perspective le travail accompli par les équipes et d’éclairer les enjeux de développement de la Sportech sur la scène internationale.

 

La qualité du travail déjà réalisé et le développement continu de ces dernières années, ne peuvent suffire pour Cédric Messina, à se dimensionner au niveau international face à des concurrents américains ou asiatiques très entreprenant à l’approche du combat économique qu’il entrevoit. La crise accentuant la fracture digitale à adresser. L’ambition légitime d’excellence de la filière française se heurte en effet encore aujourd’hui à l’enjeu de puissance et de souveraineté qui reste à installer et à affirmer. Cela prend aussi bien la forme de règles de conduite et de respect mutuel à édicter entre les acteurs hexagonaux eux-mêmes, à la mobilisation claire de tous les intervenants (fonds d’investissement, pouvoirs publics, entreprises publiques et privées, …) pour créer ensemble outils de demain et dispositifs innovants et adaptés permettant d’enraciner l’emploi, à la responsabilité des start-ups pour dépasser la perfusion nécessaire associée aux aides et pérenniser leurs modèles économiques, et à la préférence à compétences égales qu’il convient d’installer plus clairement et fortement pour les acteurs digitaux français lors des marchés. Pour réduire la dépendance face aux acteurs américains il faut être davantage unis et solidaires, rappelle Cédric, qui met en avant les multiples initiatives positives, telle la dynamique déployée par les Trophées Sport & Management depuis 2013 qu’il remercie une nouvelle fois.

 

La crise de la Covid-19 a joué un rôle de révélateur pour ce dernier, et a remis au premier plan l’enjeu de la souveraineté et de puissance du secteur. Ce dernier peut participer aujourd’hui à la relance nationale et il convient de s’en donner les moyens de façon responsable et collective, en dépassant les égos de chacun et en utilisant mieux nos ressources et nos forces qui sont nombreuses.

 

C’est un challenge qu’on a envie de relever à ses côtés…

 

« Au-delà du formidable élan de solidarité, cette crise doit nous servir d’électrochoc. On ne pourra pas s’en sortir pour rebondir sans un pays fédéré autour de ses start-ups. Et qu’on ne parle même plus de start-ups mais d’entreprises numériques, celles qui laissent une trace, celles qui créent des emplois (…). Pendant que les américains innovent, les asiatiques copient en mieux, et nous on essaye de légiférer. C’est ma vision de l’extérieur et de chef d’entreprise sur le terrain ».

 

 

Nous vous livrons quelques extraits vidéos de son témoignage :

Merci Cédric.