« L’essor de la performance sociale et sanitaire dans les projets fédéraux pour accompagner le retour de la pratique dans les clubs.

Vers l’émergence de nouveaux modèles de développement ? »

Mardi 2 mars 2021 9h/12h, Visio-conférence Zoom

Au moment d’établir et d’ajuster leurs projets de performance, les fédérations sont invitées à revisiter l’équilibre de leurs modèles de développement à l’aune d’enjeux sociaux, sanitaires et d’héritage de plus en plus présents.

Parmi les effets de la crise, l’exposition des clubs et le lien fédéral à revoir, et l’évolution de la demande des pratiquants qu’il convient de mieux qualifier, de mieux intégrer et d’accompagner. Les fédérations font face au risk-management.

Comment en effet à la fois soutenir à court terme et anticiper, orienter et organiser à moyen terme le retour à la pratique et la reprise dans des clubs fragilisés de façon efficace et durable ? D’autant que de nouvelles attentes ont émergé confortant l’évolution des modalités de pratique ?

La demande accrue de sport pour tous soutenue par les enjeux sanitaires, l’évolution des rythmes professionnels, les logiques écoresponsables, sociales et solidaires, ou encore le développement de la pratique sportive à l’école, les dispositifs d’insertion professionnelle et plus largement d’héritage dans les territoires, confortent l’attention accrue portée par les acteurs fédéraux à la demande montante de sport loisir qu’amplifient les collectivités. La réflexion qui s’engagée autour des Projets Sportifs Territoriaux (PST) au sein des Conférences Régionales du Sport prolongeant ce constat et la pandémie jouant une fois encore un rôle d’accélérateur de tendances.

La perte de licenciés, les tensions sur la gestion des équipements, la relation délicate entre clubs sportifs et établissements scolaires, voire les réflexions engagées autour du parcours sportif de l’école à l’université et la complémentarité à mieux éclairer entre obligations scolaires et pratiques volontaires impactent la vision stratégique des fédérations et le modèle associé à déployer. Les objectifs de performance liés à l’échéance olympique de 2024, accentués pour les fédérations par l’exposition associée au pays hôte, restent des marqueurs forts qu’il convient désormais de compléter de façon plus conséquente et parfois prioritaires par la prise en charge rapide et active de nouvelles offres.

Les clubs et les pratiquants le réclament, les territoires l’attendent, l’enjeu économique l’impose.

Les fédérations questionnent donc à la fois leur stratégie de développement, requalifient leurs engagements liés à la performance sportive, et réinvestissent la relation au sens, aux clubs et au local. L’asset stratégique lié à la performance sportive ne semblant plus suffire pour accompagner la dynamique de relance à engager auprès des clubs et des territoires. De nouvelles logiques et priorités organisationnelles émergent et accompagnent la prise en charge plus formelle et plus assumée par les fédérations des réalités locales.

Ainsi les prises de paroles des présidents se multiplient pour afficher un « Je vous ai compris… » aux clubs qui devra être suivi par des actes et une mobilisation à la hauteur des attentes des bénévoles et des acteurs locaux de plus en plus inquiets. Le projet de performance fédérale semblant donc devoir devenir résolument social, sanitaire, éducatif et sportif. Jusqu’à quel point la mission et l’identité historique des fédérations s’en trouverontelles impactées ?

Concentrer davantage de moyens pour accompagner la demande accrue de sport loisir, faire face à une concurrence privée plus présente, réorganiser son offre et la moderniser, développer les compétences des bénévoles et des techniciens, resserrer davantage les relations avec des territoires de plus en plus investis sur les enjeux écoresponsables, durables, éducatifs, sanitaires, solidaires et d’héritage, … sont quelques uns des axes qui éclairent les nouvelles offres qui pourront émerger.

Cette évolution soulève toutefois de nombreux questionnements, parmi lesquels les conditions de montée en compétence et de responsabilisation accrue des acteurs concernés (bénévoles, élus, ETR, …) et les impacts induits sur le fonctionnement fédéral au quotidien et sur la gouvernance avec les territoires.

De façon indirecte, cette réorientation (re)questionnera probablement également l’accessibilité des équipements, l’animation des clubs et les conditions de développement de la pratique compétitive (marquages au sol, créneaux disponibles, …). Quelles en seront les conséquences pour maintenir efficacement ou non une performance sportive attractive et représentative ? Au-delà des conférences régionales du sport, comment les fédérations se coordonneront-elles avec les territoires pour optimiser notamment le développement nécessaire des filières d’accession au haut niveau ?

Nous vous proposons donc de partager sur ce thème qui traverse aujourd’hui l’ensemble des fédérations et questionne incidemment le périmètre d’intervention et la proposition de valeur du CNOSF pour les années à venir. Quelles sont les risques à maîtriser et les conditions de succès à réunir pour ces dernières pour mettre en oeuvre ces orientations en période contrainte aujourd’hui (surface financière, animation Grands Evénements, licences, compétences mobilisables, digitalisation, Tokyo 2020 puis Paris 2024, …) ?

Nous donnerons la parole à plusieurs fédérations qui nous présenterons leurs enjeux et stratégies respectives et les moyens mobilisés pour accompagner leur redéploiement avec les territoires, et soutenir efficacement leurs clubs. Nous interpellerons également des élus territoriaux sur leurs priorités sportives à venir et les modalités de coopération qu’elles pensent mettre en oeuvre avec les acteurs sportifs.

Pour des raisons d’organisation, confirmez-nous rapidement votre présence par retour de mail. Un lien internet vous sera adressée en retour pour vous permettre de participer aux échanges.

 Envie de participer et

rejoindre le club sport & management,

ou tout simplement plus d’informations ? 

Remplissez ce formulaire et nous reviendrons rapidement vers vous ou bien appelez nous au +33 (0)1 42 60 33 33